Entretien avec Nicolas Duhamel : la reconnaissance du terrain

Credits : dans , ,
155
Entretien avec Nicolas Duhamel : la reconnaissance du terrain

Reconnaissance de terrain : comment bien préparer son cheval.

Aujourd’hui nous retrouvons Nicolas Duhamel pour une thématique qui peut sembler peu complexe, mais qui nécessite tout de même d’être approfondie. Emmener son cheval en promenade semble tout à fait anodin. Néanmoins, beaucoup ne sont pas assez vigilants quant aux risques encourus s’ils ne sont pas bien préparés.  

Tout d’abord, qu’est-ce que cela signifie faire une bonne reconnaissance de terrain ?
Il peut s’agir de la reconnaissance d’un lieu, mais aussi d’un parcours, quels types d’obstacles on peut franchir ou rencontrer. Il faut toujours savoir où aller, et comment cela va se dérouler.  

Sachant que certains chevaux sont entrainés pour faire de la randonné, et d’autres comme les vôtres sont plus entrainés pour les concours, quel travail faut-il effectuer en amont ?
Quand je les amène en promenade je fais d’abord attention à la qualité du terrain. C’est quelque chose qui s’effectue au fur et à mesure. On peut toujours avoir un petit accident à cause d’un trou sur le chemin, ou alors parce que le terrain est plus profond et qu’il faut donc changer d’allure. Par exemple, on évite d’aller dans les dunes car ce n’est pas bon pour les tendons des chevaux. 

C’est donc un apprentissage progressif ? 
Exactement. Cela demande une certaine expérience et du temps. Il est certain que quand on s’aventure dans un endroit que l’on ne connait pas, il faut y aller à une allure réduite avant de passer à un niveau supérieur.  

Combien cela prend-t-il de temps pour s’adapter au terrain où l’on souhaite emmener notre cheval ? 
Tout dépend de l’intensité et de la fréquence de promenade. Certaines personnes vont le faire régulièrement et ont donc l’habitude. Elles savent où s’aventurer ou non. Pour ceux qui ont moins d’expériences et qui pensent y arriver facilement sans être préparer, elles font preuve de mauvais jugement

Y aurait-il trop de gens qui négligent une bonne préparation ? 
Oui et cela fonctionne avec tout. Une personne qui veut faire de la randonnée en montagne va toujours être plus en sécurité en y allant une première fois accompagné d’un professionnel pour découvrir l’endroit à défaut d’y aller tout seul malgré son habilité. Il faut toujours s’entourer de personnes compétentes afin de se faire aider.  

C’est bien évidemment valable pour tous les sports. La différence est que dans notre situation nous avons un animal en plus à gérer, et c’est encore plus dangereux car on ne le contrôle pas nécessairement. Il est parfois impossible de reculer ou de faire demi-tour comme on le souhaite et finir par être bloqué.  

Donc ne pas bien préparer son cheval c’est aussi se mettre en danger…
Souvent, les personnes qui ne sont pas prudentes sont des personnes qui n’ont pas le niveau requis en pensant l’avoir. C’est d’autant plus compliqué pour se déloger de certaines situations.  

Et avez-vous déjà vécu des situations complexes lors de certaines excursions ?  
Il m’est déjà arrivé lorsque j’étais plus jeune en faisant du galop sur la plage de tomber dans des sables mouvants. Le cheval s’est retrouvé bloqué et j’ai été éjecté de ce dernier. De plus, j’étais tout seul. Quand j’ai repris un peu connaissance, le cheval ne bougeait plus. Bien évidemment, comme il n’y avait personne autour de moi je me suis demandé comment j’aller pouvoir me sortir de cette situation. J’ai donc sollicité mon cheval tout seul pour pouvoir l’aider à se dépêtrer des sables mouvants. Il a donc effectué un vrai effort pour s’en défaire. L’histoire s’est finalement bien terminée, mais cela aurait pu être plus grave.  

Certaines personnes par exemple négligent trop une bonne préparation avant de s’aventurer sur la plage. Le cheval pourra donc être stresser très rapidement, ce qui peut parfois provoquer des arrêts cardiaques. Il faut donc alerter les personnes sur les conséquences graves, jusqu’à parfois l’euthanasie des chevaux. Il y a donc pleins de petits accidents qui sont évitables si on sollicite la prudence des personnes en voiture par exemple, ou celle du cavalier quand il sait que son cheval peut être amener à faire la rencontre de véhicules qui peuvent l’effrayer. Toutes ces choses s’apprennent au fur et à mesure, il suffit de bien connaître son cheval.  

Cela n’a pas créé de traumatise, que ce soit pour vous ou le cheval ? 
Non, et heureusement J’ai pu y retourner sans problème par la suite. Je pense que c’est mieux lorsqu’on souhaite partir en promenade d’y aller à plusieurs. Si quelqu’un est en difficulté il y aura toujours une autre personne pour intervenir.  

Cela m’est déjà aussi arrivé de galoper alors qu’il y avait la présence d’un trou sur le chemin. Le cheval en tombant dans le trou trébucha entrainent également ma chute. Il s’est relevé et est reparti jusqu’aux écuries en grand galop tout seul. Il aurait pu lui arriver quelque chose sur le retour. Peut-être que si quelqu’un m’avait accompagné, il ne se serait pas précipité pour repartir. Parfois certains chevaux vont être très calmes, si tu tombes, ils vont juste trotter à 2 ou 3 mètres de toi. D’autres sont plus sensibles et auront tendance à paniquer plus rapidement. Il est donc essentiel que le cavalier connaisse bien son cheval.  

Il est donc primordial de bien connaître son cheval avant de connaître son terrain ? 
Il faut connaître les capacités de son cheval, mais aussi ses propres capacités. Il ne faut pas s’aventurer dans quelque chose qu’on n’a jamais effectué sans être accompagné. Sinon c’est un risque pour le cavalier et le cheval.   

Y a-t-il un endroit que vous préférez pour y emmener votre cheval ? 
Pour moi le coin le plus sûr reste la carrière car il est encadré. Mais j’aime aller partout, que ce soit en forêt ou encore la plage, mais moins car il y a, par exemple, beaucoup de dunes au Touquet et c’est donc assez ennuyeux pour les chevaux. Avoir un cheval qui travaille toujours dans une carrière est assez monotone et cela peut être fatiguant. Alors qu’à l’extérieur le cadre peut être plus sympathique et le temps passe moins vite.  

Il n’y a donc pas de lieux préférables et d’autres à exclure totalement ?
Non, mais il faut quand même un endroit où le sol est assez ferme. 

Merci à Nicolas Duhamel, cavalier et coach professionnel et membre de la team Equi’Passion, de nous avoir partagé ses expériences.  

Rejoignez la page FACEBOOK EQUIPASSION pour suivre toute l’actualité !
Vous pouvez aussi nous retrouver sur GREEN FORCE. 😉