Entretien avec Nicolas Duhamel : la préparation aux concours

Credits : dans , ,
190
Entretien avec Nicolas Duhamel : la préparation aux concours

Comment bien préparer son cheval aux concours ?

Ayant repris la compétition récemmentnous retrouvons Nicolas Duhamel pour un deuxième entretien. Cette fois-ci il nous parle de son approche concernant la préparation d’un cheval aux concours. 

Quels sont les critères à prendre en compte avant de se préparer ?  

La préparation d’un cheval à un concours s’effectue sur du long terme. Il y a deux sortes de cycle : le cycle des vieux chevaux qui commence à l’âge de 7 ans, jusqu’à ce qu’il ait encore la capacité de concourir. Et le cycle des jeunes chevaux qui commence dès l’âge de 4 ans jusqu’à 6 ans. On ne va donc pas préparer de la même manière. Cqui est important avec un cheval qui est plus âgé par exemple, c’est la condition. Il faut l’entretenir afin qu’il soit dans de bonnes conditions physiques pour l’amener participer à l’épreuve. Pour un jeune cheval, il faudra plutôt lui faire découvrir pleins d’exercices différents, pour qu’il ne soit pas surpris le jour du concours. Ce sont deux façons différentes de préparer les chevaux. Pour les vieux chevaux notamment, on privilégiera les exercices répétés.

Pendant combien de temps préparez-vous vos chevaux ? 

On ne prépare pas les concours deux ou trois jours avant. C’est un travail qui est fait en amont afin que le cheval puisse être en pleine possession de ses capacités le jour de la compétition. Par exemple, si on l’entraine trop son cheval juste avant l’épreuve, il risque d’avoir des moments de fatigue. L’idée est que le cheval soit en pleine forme le jour de l’épreuve. 

Le concours du jumping international étant annulé, on imagine que vous devez être un peu déçu mais que vous préparez tout de même les concours à venir… 

C’est sûr que l’on est un peu déçumais il y a plein d’autres concours en approche donc on se remobilise vite sur d’autres projets Nous avons un programme qui s’échelonne sur 3-4 mois. Nous choisissons ces concours, car plusieurs se déroulent à différents endroits en un seul week-end. On choisit donc en fonction de nos envies : si on estime que la piste est bonne, ou que le niveau de l’épreuve correspond bien au cheval que l’on va monter.  

Et comment préparez-vous vos chevaux ?  

C’est exactement comme un athlète de tennis, ou de football. On prépare les chevaux comme un athlète de haut niveau. Il doit être en forme physiquement. Par exemple, avant le dernier concours auquel j’ai participé, un mois et demi avant, un vétérinaire et un ostéopathe sont venus. Ils ont effectué une vérification générale, afin de savoir si les chevaux allaient bien, s’ils avaient besoin de soins particuliers, ou encore s’ils avaient des choses à remettre en place (au niveau des cervicales, ou bien du bassin…). On effectue ces vérifications une fois en milieu de saison de concours, et une deuxième fois en milieu d’année. Dans d’autres écuries, ces vérifications peuvent être effectuées plus régulièrement. Cela dépend des écuries, de ce que l’on souhaite aussi dépenser (car cela coûte bien évidemment de l’argent). C’est une chose que l’on fait deux fois par an. Mais sen cours d’année un cheval se dégrade, on peut les rappelerSi tout va bien, c’est uniquement deux fois par an. Cela étant, tout dépend du cheval.  

Au niveau nutritionnel, j’utilise aussi EQUIPASSION NUTRIMIX qui permet de maintenir un bon niveau de couverture minérale avec l’avantage d’être « SNAP compatible », c’est-à-dire de ne pas avoir de substance indésirables pour les contrôles anti-dopage. NB : Des analyses libératoires des lots de production sont menés par GREEN FORCE Nutrition.

 

Et vous, que privilégiez-vous personnellement ? 

Je fais surtout attention à ce que mon cheval soit en forme psychiquementJe travail beaucoup sur le moral et le mental. Un être humain qui se lève le matin mais qui n’a pas envie d’aller travailler ne sera pas efficace dans la journée. C’est exactement la même chose pour le cheval. Un cheval prêt et content de travailler va tout donner pour te faire plaisir. A l’inverse, un cheval fatigué va tout faire pour esquiver l’effort demandé sur une épreuve. Comme je fais attention au moral du cheval, je travaille beaucoup en extérieur. Je vais beaucoup en promenade, je les faisauter une à deux fois par semaine, tout dépend des chevaux. J’essaye de varier le plus possible mon travail, mais en faisant toujours attention à la condition. Mon cheval doit être endurant par rapport à ce que je vais lui demander. Ce que j’entends par endurant ce sont des efforts intenses qui durent très peu de temps. Ça peut être 90 secondes où il va sauter 15 obstacles. Nous travaillons sur une courbe dite « plate », pour ensuite atteindre un pic (saut d’obstacle par exemple) et nous répétons ce mécanisme plusieurs fois. Le fait de les faire sauter une à deux fois par semaine leur permet d’apprendre à pouvoir gérer l’effort le jour du concours.  

Quels sont les bonnes pratiques à adopter ? Ou celles à éviter ?  

Il n’y a pas de solution miracle, ou une seule ligne de conduite. Tout va dépendre du cheval, il faut s’adapter et l’écouter. Certains chevaux vont nécessiter la veille d’un concours d’être monté, et d’autres d’être longé. Chaque cavalier doit sentir son cheval. Quand je vois que mon cheval est dans de bonnes conditions, j’essaye de répéter l’exercice que j’ai effectué auparavant pour capitaliser sur le positif 

Tout comme un « bon pilote »  qui connait par cœur et respecte sa mécanique et il faut optimiser le capital de ressource et de potentiel du cheval sans pour autant épuiser son animal. Il ne faut pas être en surrégime, ou ni en sousrégime car on ne sera pas compétitif. Je dis toujours qu’à l’approche des concours important, il faut toujours faire des épreuves un peu en dessous du niveau du cheval. Le cheval doit reprendre ses marques surtout après un lapse de temps assez important sans avoir effectuer d’épreuves 

Grand merci à Nicolas Duhamel, cavalier et coach professionnel, membre de la team Equi’Passion. 
Rejoignez la page FACEBOOK EQUIPASSION pour suivre toute l’actualité !
Vous pouvez aussi nous retrouver sur GREEN FORCE. 😉
Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *